CIRCUITS AU KENYA (août 1996 et août 1999)
Données historiques
 
Le KENYA a bercé notre premier ancêtre direct “Turkana 1470” qui vivait sur les berges du lac du même nom à KOOBI FORA.
Le peuplement moderne du KENYA date d’environ 5.000 ans. Ce peuplement est caractérisé par des mouvements migratoires importants, des conflits, des déplacements, des assimilations mais aussi par des coopérations entre ethnies.
Au premier siècle, les liaisons entre l’ARABIE, l’INDE et MOMBASA se mettent en place et vont se développer jusqu’à l’arrivée des portugais en 1498. Ces derniers instaurent un régime autoritaire. Ils construisent à partir de 1593 une citadelle, Fort Jésus, à MOMBASA dans le but d’asseoir leurs positions sur la côte.
En 1698, les arabes et leurs alliés font le siège du fort pendant 33 mois. Les portugais subissent alors une défaite cinglante. Ils quittent définitivement le littoral en 1720. Le Sultan d’OMAN devient le nouveau souverain de la côte. Le commerce se développe à nouveau avec le reste du monde. La fin du XIXème siècle est une période d’essor politique et économique.
Cette fin de siècle est aussi marquée par l’arrivée des premiers explorateurs européens (Krapf, Burton et Speke, New, Fischer, Thomson, Hanington, Teleki Von Szek, Gregory).
En 1885, le ROYAUME UNI proclame l’ “ East African Protectorate ”. Des fermiers blancs venus d’EUROPE, d’AFRIQUE DU SUD puis d’AUSTRALIE viennent s’installer repoussant par la même occasion la population autochtone. Malgré la résistance du chef Olonana, les traités Massaïs de 1904 et 1911 imposent le regroupement définitif des Massaïs dans une réserve constituée de terres en majorité semi - arides.
La contestation grandit. En 1924, la Kikuyu Central Association est créée. Elle se destine à combattre le gouvernement colonial : c’est le début de la révolte Mau Mau. L’année 1952 est marquée par une vague de destructions des propriétés coloniales, des assassinats en masse des kikuyus loyaux à l’égard des autorités. L’organisation Mau Mau est aussitôt interdite et leur chef Jomo Kenyatta est arrêté puis condamné. L’état d’urgence est proclamé avec rafles, arrestations, condamnations et exécutions. Cet état d’urgence ne sera levé qu’en 1959.
Une déclaration gouvernementale supprime les barrières raciales. En mai 1963, ont lieu les premières élections. Le parti de Kenyatta, le KANU, en sort vainqueur. L’indépendance est proclamée en décembre de cette même année. Kenyatta restera au pouvoir jusqu’à sa mort en 1978.
Daniel Arap Moi accède alors au pouvoir et dirige le pays d’une main de fer (arrestation des opposants, fraudes électorales, corruption). En 1991, le multipartisme est instauré sous la pression des occidentaux. S’appuyant sur les haines tribales (700 morts) et achetant les votes, Moi est réélu en 1992. En 1997, il est à nouveau élu profitant de conflits inter – ethniques et de la division de l’opposition.