CIRCUIT EN EGYPTE (avril 2009)
 
Circuit "MARMARA"
 
5 avril 2009 : LYON - LE CAIRE
Vol LYON - LE CAIRE.
Prestations à bord.
Accueil et transfert à l'hôtel " Concorde El Salam ".
Dîner et nuit à l'hôtel.
 
 
6 avril 2009 : LE CAIRE
Petit déjeuner.
Visite du musée national des antiquités.
Déjeuner.
 

Promenade dans les souks de KHAN EL-KHALILI.
Dîner et nuit à l'hôtel.
 
LE CAIRE : Située sur le NIL entre le delta et la vallée du NIL, la capitale égyptienne compte aujourd'hui 25 millions d'habitants. Elle a été fondée sous la dynastie des fatamides sur les lieux où, selon la mythologie, les dieux Seth et Horus auraient livré bataille et à proximité du site de HELIOPOLIS, capitale du 13ème nome de basse EGYPTE.
Pendant le règne de l'empereur Auguste, une garnison s'installe en ce lieu en 30 avant Jésus Christ. La forteresse devient byzantine avant d'être prise par Omar en 640. Il en fait une garnison appelée MASR qui se développe peu à peu. En 870, Amed Ibn Touloun fait de MASR une cité importante qu'il baptise AL-QUATAÏ. La cité est rasée en 905. Plus de soixante ans plus tard en 969, Gôhar, général du calife fatamide El-Mouizz, fait construire sur ses ruines, une ville dont la beauté devait rivaliser avec celle de Bagdad, la ville des abassides. EL-QUAHIRA venait de voir le jour. Les fatamides en font leur capitale. Saladin fait entourer la ville d'une muraille et fait édifier une citadelle que ses successeurs utiliseront comme résidence. LE CAIRE se développe beaucoup pendant le règne des mamelouks. En 1805, Mohammed Ali est élu pacha du CAIRE. Il fait tuer plusieurs centaines de mamelouks réunis dans la citadelle. Il agrandit la ville. Son petit fils, Ismaïl pacha, modifie le plan de la ville en ouvrant de larges avenues, en construisant de nouveaux quartiers et en dégageant de l'espace pour des parcs. Il inaugure un opéra. La ville continue de s'agrandir après l'arrivée des troupes anglaises en 1882. Entre les deux guerres mondiales, la population du CAIRE passe de 1 à 3 millions d'habitants qui n'arrivent pas à se loger. Lorsque Nasser prend le pouvoir, LE CAIRE est une ville peu sûre qui connaît émeutes et attentats. Il ramène le calme dans la cité.
 
 
 
 
Musée Egyptien : Créé en 1858 par le français Auguste Mariette, le musée du CAIRE n'a cessé de croître. Initialement installé à BOULAQ, il est déplacé à GIZEH en 1890 puis au CAIRE. De nos jours, il présente plus de 120.000 pièces sans compter les 120.000 autres en réserve. Les collections retracent toutes les périodes de l'histoire artistique égyptienne avec un étage dédié à la sculpture et un étage dédié au mobilier funéraire. Ancien empire : statue du roi Djéser (3ème dynastie, attitude typique d'une sculpture royale, coiffe, barbe, robe de cérémonie, plus ancienne sculpture égyptienne en grandeur réelle), triade de Mykérinos (4ème dynastie, représentation du roi entouré de la déesse Hathor et d'un nome, attitude typique d'une sculpture royale, couronne, barbe, pagne), Chéphren (4ème dynastie, puissance et sérénité, faucon d'Horus, en gneiss anorthositique qui réfléchit la lumière naturelle), Rahotel et Néfret (4ème dynastie, statuaire privé représentant un couple, visage présentant une individualité bien marquée, homme à la peau brune et femme blanche). Moyen empire : Mentouhotep II (111ème dynastie) et autres sculptures qui montrent l'évolution vers plus de réalisme et de naturel. Nouvel empire : Buste d'Aménophis IV (18ème dynastie, style moins réaliste appelé art amarnien), statues osiriaques d'Aménophis IV (18ème dynastie, format allongé des visages et des corps), reine Méritamon (19ème dynastie, statue polychrome, l'une des plus typique de l'art ramesside, beauté du visage rehaussée par de nombreux bijoux). Basse époque : déesse Thouéris (26ème dynastie, période caractérisée par son classicisme, œuvre en schiste vert poli caractéristique de la dynastie). Au 1er étage, collection de bijoux trouvés dans différentes tombes qui révèle l'habileté technique des orfèvres. Trésor de Tanis (21ème et 22ème dynastie, masques, bijoux, amulettes, armes, vaisselle). Momies du nouvel empire (ticket spécial, salle présentant 11 momies dont celle de Ramsès II restaurée à PARIS en 1976).
Trésor de Toutankhamon : mobilier (chapelles, lits funéraires, trône plaqué d'or incrusté de verres polychromes, de pierres semi- précieuses et de feuilles d'argent, chaise cérémonielle incrustée d'ébène, d'or et de faïences), statuaire (32 statuettes, 2 statues du roi grandeur nature), orfèvrerie (masque qui protégeait la momie en or, lapis lazuli, cornaline, quartz, obsidienne, turquoise et verre de couleur, 11 kg), sarcophage intérieur (110 kg d'or, vautour aux ailes déployées sur le buste), sarcophage intermédiaire (en bois recouvert de feuilles d'or et de pierres semi- précieuses), bijoux royaux incluant le très raffiné pectoral au scarabée.
 
 
Tombeau de Mariette
 
 
 
 
 
Quartier de KHAN AL-KHALILI : quartier du XIIème siècle qui abrite un souk très fréquenté : souvenirs, produits de consommation courante, artisanat très présent (cuivre, bois, cuir, tapis).
 
 
 
 
 
 
 
 
7 avril 2009 : LE CAIRE - GIZEH - LE CAIRE
Petit déjeuner.
Départ vers le plateau de GIZEH.
Visite du site.
Visite d'une fabrique nationale de papyrus.
 
 

Déjeuner puis retour au CAIRE.
Visite du vieux CAIRE.
Dîner et nuit à l'hôtel.
 
GIZEH : Ville de 2.570.000 habitants à l'ouest du CAIRE. Sur un plateau de 1.200 mètres du nord au sud et 1.500 mètres de l'est à l'ouest, furent construites les pyramides de trois pharaons : Chéops (la plus grande, l'une des sept Merveilles du Monde), Chéphren et Mykérinos. Elles sont gardées par un sphinx colossal. Décrites à plusieurs reprises depuis l'antiquité jusqu'au moyen- âge, elles sont pillées avant même d'être fouillées soit pour mettre à jour les trésors qu'elles contenaient, soit pour obtenir des matériaux de construction. Les premières fouilles commencent à partir de 1815. Le site constitue la nécropole royale de la 4ème dynastie.
 
Cimetière ouest
 
Pyramide satellite et vue sur LE CAIRE
 
 

Pyramide de Chéops : Il n'existe qu'une seule statue de ce souverain, fils de Snéfrou et Hétep- Hérès. La pyramide de Chéops ou " grande pyramide " mesure 147 mètres de haut et 230 mètres de large soit un volume de 2.521.000 m3. 2.300.000 blocs de calcaire de 2.5 tonnes furent superposés avant la mise en place d'un revêtement de dalles en calcaire blanc. Une galerie de descente de 77 mètres permet d'accéder à une première chambre funéraire inachevée. Une autre galerie de 39 mètres de montée cette fois débouche dans une deuxième chambre funéraire inachevée. Cette deuxième galerie est prolongée par une grande galerie de 43 mètres de long et 8.5 mètres de haut qui débouche sur l'antichambre puis la chambre royale. On y trouve le sarcophage royal mais la momie a disparu.
 

Pyramide de Chéphren : Second fils de Chéops et successeur de son frère Djedefrê. Appelée aussi " deuxième pyramide ", elle mesure 144 mètres de haut et 215 mètres de large pour un volume d'environ 1.660.000 m3. Sa construction, plus rapide que celle de Chéops, est aussi moins bien finie. Une galerie de descente de 32 mètres conduit en premier lieu à un couloir horizontal qui débouche ensuite sur la chambre royale. Ici, a été déposé le sarcophage de granit qui était vide lors de sa découverte. Une autre entrée permet d'accéder à une galerie de descente. Elle se termine par une chambre funéraire inachevée qui communique avec le couloir horizontal.
 
 

Pyramide de Mykérinos : Fils de Céphren. Il lutta pour accéder au trône et pendant toute la durée de son règne. La pyramide mesure 66 mètres de haut et 108 mètres de large avec des blocs plus gros que ceux des autres pyramides. Son intérieur est complexe avec une galerie de descente de 32 mètres qui conduit à une antichambre. De là, part un couloir de 13 mètres qui débouche sur une première chambre funéraire placée au dessus de la chambre royale.
Les pyramides sont entourées d'un vaste ensemble funéraire avec temples d'accueil et temples du culte reliés par des chaussées, des fosses destinées à accueillir les barques royales, des pyramides plus petites, un palais royal, ce qui devait être le port funéraire et un ensemble de tombeaux et mastabas (monument funéraire trapézoïdal abritant caveau et chapelle, construit par les notables).
 

Sphinx : Dans l'EGYPTE ancienne, le sphinx était une sculpture à corps de lion et à tête humaine ou animale. Il symbolisait la force et la puissance royales. Le sphinx de GIZEH est sculpté sur une saillie rocheuse. Il mesure 20 mètres de haut et 57 mètres de long et porte le nemès avec l'uraeus royal (cobra représenté dressé, motif ornemental évoquant l'œil brûlant et protecteur de Rê). Sa barbe postiche fait partie des collections du British Muséum et quelques fragments de son nez de celles du Musée Egyptien du CAIRE. Il fut restauré par Thoutmosis IV avant d'être enseveli sous le sable puis à nouveau restauré à plusieurs reprises. A chaque fois, le sable a fini par le recouvrir. De nos jours, les archéologues tentent de stopper sa lente dégradation.
 
Temple d'accueil
 
 
 
 

Vieux CAIRE ou quartier copte :
Vestiges romains : c'est l'enceinte du Qasr Esh-Shama (le " Fort des Chandelles "). La garnison s'installe sous Auguste en 30 avant JC. Reconstruction en 98 sous Trajan.
 

Eglise de la Vierge ou Eglise Suspendue : Construite sur deux bastions de l'enceinte romaine. Nef centrale, deux nefs latérales, chaire en marbre soutenue par quinze petites colonnes. Iconostases.
 
 
 

Eglise Saint Serge : Eglise dédiée à Saint Serge, martyr en SYRIE en 216. Elle a été construite sur le lieu où la Sainte Famille aurait séjourné pour échapper aux persécutions du roi Hérode.
 

Synagogue Ben Ezra : Eglise Saint Michel transformée en synagogue. C'est la plus ancienne d'Egypte. C'est ici que la fille du pharaon recueillit le berceau de Moïse.
 

Citadelle et mosquée de Mohammed Ali : Construite entre 1176 et 1183 sous le règne de Saladin, la citadelle est entourée de murailles et flanquées de tours imposantes pour se protéger des attaques des croisés. Elle servit ensuite de résidence royale. La citadelle a été modifiée et agrandie à plusieurs reprises. Elle fut le théâtre de l'assassinat des chefs mamelouks en 1811. Mohammed Ali y fit construire une mosquée recouverte d'albâtre en 1830, portiques, fontaine aux ablutions, petite tour de l'horloge offerte par Louis Philippe en 1846, intérieur très décoré, coupole centrale haute de 52 mètres, minbars l'un en bois de cèdre recouvert d'or, l'autre en albâtre offert par le roi Farouk en 1939, tombeau de Mohammed Ali.
 
 
 
 
8 avril 2009 : LE CAIRE - ABOU SIMBEL - ASSOUAN
Petit déjeuner.
Transfert à l'aéroport et envol à destination d'ABOU SIMBEL.
Visite du temple d'ABOU SIMBEL.
Route vers ASSOUAN en autocar.
 
 
Mirages

Déjeuner.
Installation à bord du bateau " Beau Rivage ".
 
 

Dîner et nuit à bord.
 
ABOU SIMBEL : Les temples d'ABOU SIMBEL ont été érigés à la gloire de Ramsès II et de son épouse Néfertari avant d'être ensevelis sous le sable et peu à peu oubliés. Ils furent redécouverts de 1813 à 1817 mais le site ne fut complètement désensablé qu'en 1909. La construction du barrage d'Assouan menaçait les temples. En 1963, l'EGYPTE et l'UNESCO donnent leur accord pour que les deux temples soient déplacés bloc par bloc vers un site plus élevé. Le chantier dura jusqu'en 1968 et mobilisa 900 hommes.
 

Grand temple ou temple de Ramsès II : Le plus impressionnant des temples rupestres édifiés par Ramsès II en NUBIE. Immense façade de 33 mètres de haut et 38 mètres de large. Statue de Rê- Horakhty à tête de faucon, corniche ornée de 22 singes cynocéphales. Hauts de 20 mètres, les quatre colosses assis du pharaon sont coiffés du nemès et du pschent et portent une barbe postiche. A coté et entre les jambes des colosses, des statues représentent sa mère Tany, sa femme Néfertari, les princesses et les princes. Le temple creusé dans la roche est dédié à Amon- Rê. Il est profond de 62 mètres avec l'architecture classique des temples :
- Le pronaos et ses huit piliers osiriaques avec des statues représentant Osiris sous les traits de Ramsès II, bas relief des murs illustrant ses victoires militaires notamment la bataille de QADESH.
- Huit salles transversales de part et d'autres du pronaos : basses, elles sont entourées de banquettes sur lesquelles on déposait offrandes et objets du culte.
- Vestibule avec ses quatre piliers ornés. Il conduit à une petite salle qui précède le sanctuaire.
- Sanctuaire dont les deux portes s'ouvrent sur les deux chapelles décorées.
- Naos avec quatre statues : Ptah, Amon-Rê, Ramsès II et Rê-Horakhty. Deux fois par an (les 20/02 et 20/10), la lumière du soleil vient illuminer les statues hormis celle de Ptah, dieu des profondeurs.
 
 
 
 
 
 
 
Pronaos et piliers osiriaques
 
 
Vestibule
 
Naos
 
Bataille de Qadesh
 
 
.
 

Temple d'Hathor : Temple dédié à Hathor, déesse de l'amour, de la maternité et de la joie, et à Néfertari, l'épouse de Ramsès II. La façade présente six colosses hauts de 10 mètres : Ramsès II coiffé de la couronne de la haute EGYPTE, Néfertari dans le costume d'Hathor, Ramsès II coiffé de la couronne de haute Egypte, Ramsès II coiffé du pschent, Néfertari et Ramsès II arborant le nemès et le disque solaire. Le spéos est plus petit que celui dédié à Ramsès. Dans le naos, statue de la déesse Hathor.
 
 
 
 
 
 
9 avril 2009 : ASSOUAN - KOM OMBO / EDFOU
Petit déjeuner.
Promenade dans les cataractes du NIL.
 
 
 
 
Mausolée d'Agha Khan
 
Hôtel "Old Cataract" où séjournait F MITERRAND.
 
 

Visite d'une habitation nubienne.
 
 

Promenade à dos de dromadaire.
 
 
Visite du jardin botanique d'ASSOUAN.
 
 

Retour au bateau pour déjeuner.
Arrêt au haut barrage d'ASSOUAN.
Visite du site de PHILAE.
Visite d'une parfumerie.
 

Promenade dans les souks d'ASSOUAN.
 
 
 
Navigation vers KOM OMBO.
Dîner et nuit à bord.
 
Croisière sur le NIL
 
 
PHILAE : Site dédié au culte d'Isis, déesse populaire qui incarne la fidélité, la persévérance et la mère. Epouse d'Osiris, mère d'Horus, elle protège les défunts. Les monuments ont été édifiés à partir du règne de la 30ème dynastie. PHILAE connaît son apogée au 1er siècle après JC. Après l'évangélisation de la NUBIE, le temple d'Isis fut transformé en église. La construction de l'ancien barrage d'ASSOUAN a eu pour conséquence de submerger PHILAE pendant près de dix mois par an. La construction du haut barrage aurait conduit à la disparition de l'ensemble des monuments si l'UNESCO n'avait pas décidé de les déplacer sur l'île d'ALGILKIA. Les temples furent découpés en 40.000 blocs avant d'être déplacés de 1977 à 1980.
- Pavillon de Nectanébo 1er (30ème dynastie) avec un portique supporté par 14 colonnes.
- Colonnades : deux rangées de colonnes ceinturent un dromos qui conduit au temple. Les colonnes sont recouvertes de scènes d'offrandes d'Auguste, Tibère, Caligula, Claude et Néron.
- Temple d'Isis : temple commencé sous Nectanébo 1er, agrandi par les Ptolémées et terminé par les romains. On accède à la cour centrale en franchissant le premier pylône haut de 18 mètres et large de 37 mètres. Il est orné de bas reliefs représentant Ptolémée XII mais aussi Isis, Horus et Hator. A l'intérieur de la cours centrale, on trouve un édifice dont le portique de 10 colonnes permet d'accéder à plusieurs pièces et un mammisi. Ce dernier, entouré de colonnes, comprend un pronaos suivi de trois salles avec des scènes gravées montrant la naissance et l'éducation d'Horus. Le second pylône, plus petit que le premier, conduit à la salle hypostyle aux dix colonnes qui fut transformée jadis en église. Son plafond est couvert de vautours qui symbolisent les deux EGYPTE. Le sanctuaire comprend douze chambres et une crypte. On accède à la chapelle d'Osiris par un escalier.
- Kiosque de Trajan : plus beau monument du site avec ses quatorze colonnes aux chapiteaux sculptés.
 
Colonnades, dromos et premier pylône
 
 
 
 
Cour centrale
 
Temple d'Isis
 
 
 
 
Kiosque de Trajan
 
Temple d'Hator /Vues sur le Nil depuis le temple de PHILAE

Lac NASSER : 157 milliards de m3 d'eau, 5.200 km² d'ASSOUAN jusqu'au SOUDAN. Le haut barrage d'ASSOUAN a été construit de 1960 à 1971.
 
 
10 avril 2009 : EDFOU / ESNA / LOUXOR
Petit déjeuner.
Visite du temple de KOM OMBO.
Navigation vers EDFOU.
Déjeuner à bord.
Départ pour le site d'EDFOU en calèche.
Visite du temple d'EDFOU.
Navigation jusqu'à LOUXOR via l'écluse d'ESNA.
Dîner et nuit à bord.
 
KOM OMBO : cité qui dépendait du 1er nome de haute EGYPTE avant de s'en affranchir à partir de la 18ème dynastie. Le temple de KOM OMBO qui date de l'époque ptolémaïque est dédié à Sobek, dieu de l'eau souvent représenté par un crocodile et à Haroéris (Horus). C'est Ptolémée VI qui en commença la construction qui s'acheva au 3ème siècle. Le pylône a disparu et la cour de Tibère (1er siècle après JC) ne conserve que quelques colonnes. La façade du temple comporte une double porte avec de chaque coté des scènes montrant Ptolémée XIII avec Horus à gauche et le pharaon, Sobek et Haroéris à droite. On entre dans la première salle hypostyle aux 10 colonnes, aux murs ornés et aux plafonds décorés. Le pronaos (2ème salle hypostyle) est plus petit avec murs et colonnes décorés. Au cœur du temple, plusieurs pièces conduisent au naos constitué de deux sanctuaires l'un dédié à Haroéris, l'autre dédié à Sobek. Deux galeries entourent le cœur du temple : l'une décorée sous Néron et Vespasien, l'autre sous Domitien et Trajan avec des instruments chirurgicaux et une représentation de la déesse-lionne Sekhmet. A proximité, puits circulaire avec escalier, chapelle dédiée à Hathor avec à l'intérieur deux momies de crocodiles.
 
 
 
Décorations des colonnes de la salle de Tibère
 
 
Salle hypostyle
 
 
 
 
Calendrier égyptien
 
 
 
Plafond
 
Instruments chirurgicaux / décoration du déambuloitoire extérieur
 
Nilomètre

EDFOU : ville étape grâce au temple d'Horus, centre agricole.

Temple d'Horus : Ce temple a été construit à partir de 237 avant JC sous Ptolémée III. Il fut ensuite agrandi et embelli jusqu'à Ptolémée XIII. Son abandon conduite à son ensablement progressif jusqu'en 1860. On découvre alors l'un des temples les mieux conservés d'EGYPTE. Il est dédié à Horus souvent représenté comme un faucon. En entrant dans le site, mammisi dédié au culte d'Harsomtous, fils d'Horus et d'Hator. Le temple mesure 137 mètres sur 79 mètres. Le pylône haut de 36 mètres est orné de Ptolémée XII aux cotés d'Horus et d'Hator. Un escalier conduit à une cour entourée de colonnes dans laquelle se tient une représentation d'Horus en faucon coiffé du pschent. La première salle hypostyle sombre est décorée de scènes d'offrandes. La deuxième salle hypostyle et ses trois chambres mènent à un escalier décoré qui débouche sur la salle des offrandes. On redescend pour atteindre un vestibule puis le sanctuaire. Son naos est un monolithe de quatre mètres de haut. Autour du temple, chapelles, déambulatoire avec de nombreux bas reliefs.
 
 
pylône
 
Ptolémée XII / Horus
 
Colonnade de la cour
 
 
Salle hypostyle
 
 
 
 
 
Sanctuaire et naos
 
Déambulatoire

ESNA : Ville étape dans une région agricole. Pont écluse long de 875 mètres construit en 1905.
 
 
11 avril 2009 : LOUXOR
Petit déjeuner.
Arrêt aux colosses de Memnon.
 
 

Visite de la nécropole de THEBES, découverte de la vallée des Reines (tombes de la reine Titi et du prince Amen Khopshef) et des Rois (tombes de Ramsès I, IV et IX).
Visite d'une taille d'albâtre.
 
 

Déjeuner.
Visite du temple de KARNAK.
Visite d'une bijouterie.
Dîner et nuit à bord.
 
Vallée des Nobles
 
Temple de Louxor
 
 
Vallée des Reines : Cette vallée abrite les tombes des princes, des princesses et de quelques hauts dignitaires à partir de la XVIIIème dynastie et celle des épouses royales à partir de la XIXème dynastie ce qui représente une soixantaine de tombes. Les sépultures ont été pillées pendant la troisième période intermédiaire et aucune momie n'a pu être retrouvée. La tombe de Néfertari, épouse de Ramsès II, présente de superbes peintures qui décrivent le parcours qui conduira la reine à la vie éternelle et d'autres qui montrent la reine aux cotés de plusieurs divinités. Celle de Khâemouaset, fils aîné de Ramsès III présente des peintures bien conservées. La sépulture d'Amon-Her-Khepechef est celle d'un autre fils de Ramsès III. Il commandait les chars du roi. Elle est parfaitement conservée : décoration polychrome avec de nombreux détails.
 
 
Tombe de la reine Titi
 
Tombe d'Amen Khopshef
 

Vallée des Rois : Site très touristique. La vallée longue de plusieurs kilomètres a été choisie comme site pour accueillir les sépultures des pharaons des XVIII, XIX et XXème dynasties. Elles sont pillées dès la XXème dynastie. Chaque tombe est constituée d'un escalier, un couloir de descente formant un angle droit parfois interrompu par un puits (XVIIIème dynastie) ou rectiligne (XXème dynastie), plusieurs salles précédant la salle du sarcophage royal. La décoration décrit le parcours que le pharaon doit suivre pour atteindre le royaume d'Osiris. Thoutmosis 1er fut le premier pharaon à se faire construire une tombe dans la vallée des Rois. La tombe de la reine Hatchepsout, pharaon qui succéda à Thoutmosis II contenait son sarcophage et celui de Thoutmosis 1er. La sépulture de Thoutmosis III est accessible par un escalier qui permet de monter jusqu'à son entrée. A l'intérieur et après une longue descente, un vestibule décoré de peintures représentant plus de 760 divinités et la salle du sarcophage présente des parois racontant le parcours nocturne du soleil. Dans la tombe d'Aménophis II, l'une des plus profondes de la vallée, on découvrit en plus de celui du pharaon, les sarcophages et les momies d'Aménophis III, Ramsès V et Ramsès VI qui avaient été placés ici à la fin de la XXème dynastie pour les protéger des pillards. La tombe du jeune pharaon Toutankhamon est petite et inachevée mais on y trouva une multitude de poteries et d'objets (chars, lits, coffres, vases, sièges, trône, bijoux et vêtements). Deux statues grandeur nature du pharaon montaient la garde devant la chambre funéraire. On y découvrit quatre chapelles en bois emboitées les unes dans les autres. La plus petite contenait deux sarcophages de bois incrustés de pierres semi-précieuses et de verres. A l'ouverture du deuxième, on mit à jour un sarcophage en or massif qui contenait la momie royale et son magnifique masque en or. A partir d'Horemteb, le plan des tombes évolue et les premiers bas reliefs apparaissent. C'est le cas des tombes de Ramsès 1er, Séthi 1er, Mérenptah et Séthi II. La tombe de Setnakht était initialement destinée à la reine Taousert, épouse de Mérenptah puis de Séthi II. Le pharaon fit recouvrir les représentations de la reine. La tombe de Ramsès III est complexe mais intéressante car les peintures sont inhabituelles : scènes de la vie quotidienne (aliments, céréales, barques, mobiliers, vases, labourage des champs), armes, personnification du NIL et des nomes d'EGYPTE, double du roi, harpistes jouant devant des dieux, représentation des quatre races humaines connues à l'époque, scènes d'offrandes. La tombe de Ramsès IV fut convertie en église au cinquième siècle. Sur la grande cuve funéraire, le roi est représenté aux cotés d'Isis et Nephtys. Le plafond a conservé sa couleur bleu extraordinaire. La sépulture de Ramsès VI était initialement destinée à Ramsès V. Sa décoration est magnifique. Dans la salle du sarcophage le plafond est décoré d'une double représentation de la déesse Nout l'une avec le disque solaire (le jour) l'autre avec des étoiles (la nuit). A l'entrée de la tombe de Ramsès III, on découvre un portrait du pharaon. La tombe de Ramsès IX est décorée de scènes des litanies de Rê qui racontent les 75 transformations de Rê et de Pharaon durant leur voyage. Un peu à l'écart, la tombe inachevée d'Aï avec son plan linéaire et une scène de chasse aux oiseaux.
 
Maquette et vues de la Vallée des Rois
 
 
 
 
 
Tombeau de Ramsès IV
 
 

Colosses de Memnon : Deux blocs de quartzite (poids 720 tonnes, hauteur 17 mètres) qui gardaient l'entrée du temple funéraire d'Aménophis III. Le temple a été détruit fournissant des matériaux pour les constructions d'autres pharaons. Les colosses sont une représentation assise d'Aménophis III coiffé du nemès. A ses cotés, sa mère, la reine Moutemouïa et sa femme, la reine Tiyi. Sur le socle, Hapi, dieu du NIL, lie le lotus symbole de la haute EGYPTE et le papyrus de la basse EGYPTE.
 

LOUXOR : Débord OUASET puis DIOSPOLIS MAGNA puis THEBES et enfin LOUXOR. La ville se développa pendant la première période intermédiaire. Antef 1er, nomarque de THEBES, fonda la XIème dynastie et pendant le Moyen Empire, Mentouhotep II en fit sa capitale. THEBES résiste à l'envahisseur pendant la période hyksôs. Dès le début du Nouvel Empire (XVIIème et XIXème dynasties), THEBES connaît son apogée. C'est une métropole florissante où se multiplient les résidences somptueuses, les palais et les temples. Les pharaons se font inhumer de l'autre côté du NIL en face de la ville. Ainsi voient le jour les tombes de la vallée des Rois, des Reines et des Nobles. Des temples dédiés aux pharaons défunts sont bâtis. Lorsque PI-RAMSES devient la capitale, THEBES reste une cité importante mais son déclin est amorcé. Avec le christianisme, la ville tombe dans l'oubli jusqu'à la campagne d'EGYPTE de Bonaparte. Les premières fouilles commencent au XIXème siècle.

Temples de KARNAK : Le site est divisé en trois zones correspondant chacune à un temple avec du nord au sud : le temple de Montou (dieu guérisseur à tête de faucon), le Grand Temple d'Amon (dieu aux multiples aspects) et le temple de Mout (déesse qui symbolise la mère, compagne d'Amon). Les temples ont été pillés sous Constantin et certains édifices transformés en église sous Théodose. Lors de sa découverte, le site était partiellement ensablé. Les trois quart du site restent aujourd'hui à fouiller.
Temple d'Amon : Il date du Nouvel Empire mais certaines parties ont été modifiées rendant la compréhension du site difficile. Le temple est entouré d'une enceinte longue de 2.400 mètres avec huit portes. On y accède par l'allée des sphinx qui bordait à l'origine un canal relié au NIL. Les sphinx sont représentés avec une tête de bélier (symbole d'Amon). Ils tiennent une représentation de Ramsès II entre leurs pattes. Le premier pylône sur les dix que compte le temple est le plus volumineux (largeur 113 mètres, épaisseur 15 mètres). Il date de la XXXème dynastie. Il permet de gagner la grande cour qui mesure 100 mètres de large et 80 mètres de profondeur. A droite, le temple de Ramsès III, au centre les ruines du kiosque de Taharqa (XXVème dynastie), à gauche le temple de Séthi II avec ses trois chapelles dédiées au culte des trois divinités thébaines : Mout, Amon et Khonsou. Le deuxième pylône a été construit par Horemheb et restauré par les Ptolémées (colosse de 15 mètres de haut représentant Ramsès II et sa fille). La grande salle hypostyle est l'un des joyaux de l'art égyptien avec ses 110 colonnes. Elle mesure 102 mètres de large, 53 mètres de profondeur et 23 mètres de hauteur. Construite de Séthi 1er à Ramsès II, elle est soutenue par 134 colonnes aux chapiteaux papyriformes. A gauche le mur des campagnes de Séthi 1er, à droite le mur des campagnes de Ramsès II. On trouve ensuite une série de pylônes : le troisième avec l'obélisque de Thoutmosis 1er (hauteur 23 mètres, poids 143 tonnes), le quatrième avec la statue d'Hatchepsout coiffé de la couronne rouge et de la couronne blanche (30 mètres, 380 tonnes), les ruines du cinquième et les restes du sixième sur lequel est inscrite la liste des peuples vaincus et des villes soumises. Ces pylônes permettent d'accéder au Sanctuaire des Barques Sacrées construit par Philippe III, le demi-frère d'Alexandre le Grand et décoré de scènes religieuses. On gagne ensuite la salle des fêtes de Thoutmosis III (32 piliers et 10 colonnes) avec l'estrade sur laquelle le pharaon faisait ses offrandes au soleil. Derrière cette salle, le jardin botanique décoré des plantes et animaux exotiques. A proximité : trésor de Chabaka (temple avec, dans l'une de ses obscures chapelles, une statue de la déesse Sekhmet, déesse lionne, éclairée par un rayon de soleil), le Lac Sacré avec un scarabée géant, l'édifice sacré de Taharqa-du-Lac, la Cour de la Cachette où l'on trouva une multitude de statues et figurines enfouies et les 7, 8, 9 et 10èmes pylônes qui permettent de gagner le temple de Mout.
 
Maquettes du site
 
Allée des Sphinx
 
 
1er pylône / Grande cour
 
Kiosque de Taharqa / Colosse de Ramsès II
 
Temple de Ramsès III
 
 
Salle Hypostyle
 
 
 
 
 
Mur des campagnes de Séthi I
 
 
 
 
 
4ème pylône, obélisques de Thoutmosis I et d'Hatchepsout
 
 
 
 
Sanctuaire des Barques Sacrées
 
7ème pylone
 
Vue depuis le Lac Sacré
 
Scarabée
 
12 avril 2009 : LOUXOR - LYON
Petit déjeuner.
Transfert à l'aéroport.
Vol LOUXOR - LE CAIRE.