Marineland d'Antibes (06)

Situé à deux pas du bord de mer, le Marineland d'Antibes nous invite à la découverte du monde marin. Le parc héberge plusieurs orques dans un bassin doté d'une vitre panoramique de 64 mètres de long. Plusieurs spectacles tout au long de la journée font découvrir à un public très nombreux les facéties des otaries, l'adresse des dauphins et la souplesse insoupçonnée des orques. L'aquarium (de près de 2 millions de litres d'eau) qui abrite requins et raies est traversé par un tunnel de 30 m de long qui fait passer le visiteur au coeur du balais lent et incessant des pensionnaires du Marineland. La galerie d'aquariums tropicaux abrite étoiles de mer, crevettes, limules, poissons clowns, anémone, coraux multicolores, murènes et méduses. D'autres pensionnaires moins spectaculaires (pélicans et manchots) sont à observer au cours de la visite. A voir aussi les musées de la Poype.
 
Otarie de Patagonie

Otarie de Steller

Otarie de Californie

Gorfou macaroni

Manchot de Humboldt

Ours polaire

1/ Spectacle des Orques

2/ Spectacle des Dauphins

3/ Spectacle des Otaries de Californie

4/ Spectacle des Otaries de Steller

 

5/ Musée de la Poype

6/ Exposition temporaire été 2012

 
Mes commentaires:
Une chose est claire, l'ambition du Marineland d'Antibes n'est pas de promouvoir la protection des océans et des créatures qui y vivent. On reste perplexe devant l'esprit mercantile de ce parc. Parking payant, tarif d'entrée exhorbitant, boutiques à souvenir, restaurants et autres "sandwicheries" plus nombreux que les pensionnaires du parc par ailleurs logés à l'étroit (orques, dauphins, pélicans, manchots notamment). Tout est fait pour inciter le touriste à dépenser son argent.
Un signe qui n'est pas trompeur: le mal que j'ai eu à dénicher les informations qui figurent en tête de cette page. Pas de documentation sur place (autre que les horaires des spectacles et animations diverses), site internet du Marineland très marketting mais bien creux.
Je l'affirme haut et fort les dauphins, les orques et autres tortues, raies et requins n'ont rien à faire en captivité. Les animations qui s'enchaînent tout au long de la journée (vous avez dit 35 heures ?) sont réellement spectaculaires mais n'enlèvent en rien la détresse d'animaux captifs détenus dans des bassins trop petits. La Grande Bretagne, la Norvège, l'Irlande et plus récemment la Nouvelle Zélande ont interdit les delphinariums. A quand la France ?